Anonyme , Assistant controleur de gestion/ tresorerie

“ Diversité du métier ”

Avis déposé le 03/10/2012

Note globale : ★★★★

Intérêt du métier ★★★★

Diversité des missions ★★★★

Perspectives d’évolution ★★★★

Responsabilités ★★★★

Equilibre vie pro / privée ★★★★

Ma carrière :J'ai décidé d'orienter ma carrière professionnelle vers l'audit et le contrôle afin d'acquérir une formation complémentaire et surtout une vision complète du monde de l'entreprise.

Mon métier :La fonction contrôle de gestion, audit :

- contrôler les procédures de gestion de l’entreprise

- assurer la performance de l’entreprise dans le respect des obligations légales et des procédures internes et participe au pilotage et à la prise de décision.

- prendre en charge le contrôle des procédures de gestion de l’entreprise et aide à l’amélioration de l’organisation existante.

Deux familles de métiers sont représentées : Les contrôleurs de gestion qui garantissent la bonne gestion de l’entreprise. Cette fonction est présente dans tous les secteurs d’activité où la maîtrise des coûts est stratégique (notamment dans l’industrie et les services) quelle que soit la taille de l’entreprise (groupe, filiale, PME… ). Dans les grands groupes, elle est répartie en services dédiés (contrôle budgétaire, financier, social, etc. ). Dans les PME-PMI, elle peut être occupée par un cadre en charge des tâches de gestion administrative. A noter que cette fonction est également présente dans les administrations et les collectivités territoriales.

Rattachés à la direction générale, à la direction du contrôle de gestion ou à la direction administrative et financière, les contrôleurs et assistants contrôleur de gestion ont des domaines d’intervention variés qui peuvent couvrir la gestion commerciale, le marketing, la production, les services et l’ensemble des fonctions support (l’informatique, les finances, les ressources humaines, la logistique… ).

Leurs missions principales consistent à : mesurer, contrôler et prévoir les résultats opérationnels de l’entreprise (indicateur de gestion, contrôle des risques financiers et écarts avec les prévisions), harmoniser les procédures comptables et financières dans l’entreprise et superviser la clôture des comptes, assurer le reporting des résultats au comité de direction (analyses mensuelles, réalisation d’études économiques et financières, synthèses d’activité, etc. ), appuyer les opérationnels dans le cadre d’analyse, assurer la performance de l’activité économique et des instruments de pilotage (système d’information, tableaux de bord, etc. ), conseiller les décideurs (direction générale, chefs de services, managers) lors de prise de décision pour calculer le coût financier, évaluer les risques, proposer des alternatives.

Les auditeurs qui veillent à la conformité légale et à l’optimisation des processus liés à l’activité économique de l’entreprise. Ils interviennent dans le cadre de missions ponctuelles (audit légal, contractuel, contrôle interne, risk management, etc. ). Les principaux employeurs sont en général les cabinets d’audit ou les sociétés de conseil (audit externe), mais également les grands groupes (audit interne).

Seuls ou en équipe, ils sont rattachés à la direction générale, la direction de l’audit dans les grands groupes, ou à un directeur de mission dans le monde du conseil. Ils ont pour missions de : de diagnostiquer les dysfonctionnements dans les procédures de gestion, d’organisation ou dans les méthodes de travail (contrôle de la fiabilité de l’information financière, qualité des process, contrôle des comptes, mesure des risques légaux et réglementaires, etc. ) d’apporter des recommandations au commanditaire (la direction générale) en matière d’améliorations ou de réajustements à effectuer au regard d’impératifs réglementaires ou de performances.

Parmi les principaux métiers, on peut citer l’auditeur interne, l’auditeur externe et l’auditeur junior.

Attraits du métier :Pour ce qui est des attraits, j’en vois un majeur : la diversité.

De plus, le contrôle de gestion est très proche de l’exploitation ; il permet d’avoir une vision financière qui peut aider à prendre d’autres niveaux de responsabilité. Ceci, conjugué avec la diversité des métiers, permet des évolutions de carrières transversales : on peut commencer par le contrôle de gestion et évoluer ensuite vers un poste de management, directeur d’unité par exemple.

Points négatifs :Le manque de compétence pour ce type de métier est très dangereux pour son évolution.

Qualités requises pour réussir dans ce métier :Pour moi, un bon contrôleur de gestion est quelqu’un qui, au-delà des chiffres, est capable de voir comment se fabriquent ces chiffres et donc est sensible à ce qui se passe sur le terrain. Cela suppose de ce fait d'avoir à la fois un bon sens de l’écoute, de la curiosité mais également des qualités de pédagogie pour pouvoir expliquer les choix économiques retenus. En ce sens il contribue également au management de son organisation.

Conseil à donner aux candidats intéressés par ce type de carrière :Je peux leur dire d’être juste patient et persévérant et d'être beaucoup à l’écoute de l’évolution du marché pour mieux adapter les informations.